mardi 25 juillet 2017

My mad fat diary



Synopsis 
1996. StamfordLincolnshireMy mad fat diary suit l’histoire de Rae, 16 ans et 105 kg, qui vient de quitter un hôpital psychiatrique où elle a passé quatre mois. Elle reprend contact avec sa meilleure amie, Chloe, qui n’est pas au courant de sa santé mentale, croyant qu’elle était en France pendant quatre mois. Rae essaye de ne rien lui dire tout en essayant d’impressionner ses amis, Izzy, Archie, Chop et Finn.

Mon ressenti
J'ai dévoré l'intégralité de la série en à peine 3 ou 4 jours. J'ai fini le dernier épisode de la dernière saison il y a plus ou moins deux heures, mais j'ai l'impression de toujours y être. C'est ce genre de pépite qui me fait dire que je ne suis pas née au bon endroit ni au bon moment. (Et qui me rappelle qu'il existe encore des choses intéressantes à regarder). Je me suis tellement retrouvée dans le personnage de Rae. Pas forcément besoin d'avoir fait un séjour en hôpital psychiatrique pour comprendre ce que ça fait d'être mal dans sa peau, de se haïr si fort qu'on a besoin que la douleur soit visible, concrète. Et malgré tout ça, elle veut s'amuser, avoir une vie d'ado normale, sortir avec ses potes, avoir un petit ami à aimer et avec qui enfin s'envoyer en l'air. C'est tellement éloigné des séries pour ado classiques qui te servent une morale à la con à chaque fin d'épisode, qui te montrent un univers qui n'existe pas, peuplé d'individus parfaits dont les problèmes se résolvent comme par magie, en un claquement de doigts. 
Bref, My mad fat diary, c'est la vraie vie dépeinte par une ado obèse, mal dans sa peau, qui arrive pourtant à surmonter certaines craintes bien ancrées en elle mais qui devra avancer en en gardant d'autres dont elle ne parviendra pas à se débarrasser. 
J'ai 25 ans et, le temps de ces quelques épisodes, j'ai retrouvé pas mal de sensations de quand j'étais ado. Une bouffée d'air frais, de nostalgie aussi. C'était rafraîchissant, drôle, émouvant. Une série à voir de toute urgence pour ceux qui ne l'ont pas encore regardée.

Un énorme coup de cœur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire